Lorsque l’on entreprend une rénovation, une construction neuve ou de simples travaux, notre budget est mûrement réfléchi et pensé à l’avance, selon nos moyens et nos besoins. Il est tout à fait logique de procéder ainsi pour anticiper tous les coûts. Mais lorsque l’on délimite notre budget par rapport à nos attentes, prenons-nous en compte tous les aspects et les détails d’un projet ?

C’est pourquoi, afin de vous éviter toutes mauvaises surprises, nous avons décidé de vous lister les éventuels frais qui viennent augmenter le prix des travaux et auxquels on ne pense pas toujours :

Les Bureaux d’études techniques :

Lorsque l’on entame un projet, il peut être nécessaire de faire appel à un bureau d’études. Ces sociétés publiques ou privées composées de techniciens et d’ingénieurs ont pour rôle d’analyser et de diagnostiquer la faisabilité d’un projet.

Ces bureaux réalisent ainsi différents types d’études :

• Les études de sol avant travaux permettent de déterminer le type de fondation adaptée pour avoir un terrain constructible.

• Les études structurelles permettent de vérifier la viabilité d’un projet selon sa complexité, c’est notamment le cas avant d’entamer un projet de surélévation.

• Les études thermiques et fluides permettent d’optimiser les performances énergiques d’un bâtiment. L’étude préconisera par exemple des solutions de ventilation, de chauffage ou de plomberie.

A savoir que l’étude thermique est obligatoire depuis 2012 pour toute construction neuve.

• Les études acoustiques proposent différentes solutions techniques pour optimiser l’insonorisation d’un lieu.

 

Toutes ces études sont un travail complémentaire à celui de l’architecte. Deux solutions, soit l’architecte a les compétences et peut éventuellement se charger seul de ces missions, soit il devra faire appel à un cabinet d’étude et cela viendra faire hausser le prix de votre budget initial.

Taxes et assurance dommages ouvrage :

Lors d’une construction, d’une rénovation ou d’une extension certaines taxes deviennent imposables. C’est le cas de la taxe d’aménagement dont vous êtes éligible dès lors que vous demandez un permis de construire. Cette taxe doit être payer une seule fois et se calcule selon le nombre de mètres carré de la nouvelle surface de construction.

La TVA ne doit pas non plus être négligée. Même si un devis se doit de comprendre cette taxe, il se peut que vous vous soyez renseigné sur des plateformes ou auprès de professionnels qui vous indiquent le prix hors taxe. Il faut donc bien garder à l’esprit, que ce prix hors taxe ne pourra être un référentiel pour votre budget sans y ajouter la TVA.  ( 20% sur une construction neuve, 10 % pour de la rénovation  )

De plus, en cas de construction neuve, vous devez impérativement souscrire une assurance dommage-ouvrage. Cette assurance est obligatoire pour tous travaux de construction, mais aussi lors de travaux de rénovation si ceux-là remettent en cause la structure du bâtiment.  Le prix d’une assurance dommage-ouvrage se situe entre 2000 et 10 000 euros TTC selon le type de bien à assurer.

 

Tous ces frais souvent négligés sont nécessaires pour assurer la garantie de votre projet face à la loi.

Viabiliser son terrain :

A l’acquisition d’un terrain, il peut être nécessaire de viabiliser ce dernier. La « viabilisation » sous-entend l’ensemble des raccordements d’un terrain aux différents réseaux d’eau, d’électricité, de gaz, de téléphone et d’assainissement. Ce sont encore des démarches qui prennent du temps administrativement et qui viennent faire gonfler le prix d’un budget. En fonction des facteurs, viabiliser son terrain peut coûter entre 5000 et 15 000 euros TTC.

Par ailleurs, si vous souhaitez faire une rénovation, déplacer ces différents raccordements aura également un coût non négligeable.

Le bornage terrain :

Il se peut également qu’à l’achat d’un terrain, vous ayez besoin de délimiter votre propriété foncière vis-à-vis de vos voisins. Pour se faire, il faut faire appel à un géomètre-expert qui se chargera de cette mission, il faut compter environ 600 à 2000 euros TTC pour le bornage de son terrain. Le prix dépendra de la taille du terrain bien évidemment mais également de la difficulté des mesures.

Bien que cela ne soit pas toujours nécessaire, il faut bien prendre en compte que faire appel à un géomètre-expert est courant lors d’un nouveau projet de construction. Ce sont encore une fois des frais auxquels on ne pense pas et qui sont parfois indispensables.

Constat d’huissier avant travaux  :

Quand vous décidez d’entreprendre des travaux aux alentours d’une propriété appartenant à un tiers, il est obligatoire avant le début du chantier de faire appel à un huissier de justice pour qu’il constate l’état des biens avoisinants. Ce constat permet de gérer d’éventuels litiges si jamais des dommages surviennent. Par exemple si votre voisin se plaint d’une fissure qui serait due à vos travaux, vous pouvez potentiellement prouver grâce à ce constat d’huissier que cette fissure n’a aucun lien avec vous.

Un constat avant travaux oscille entre 200 à 500 euros TTC selon votre localisation.

Les Frais de notaire :

Lors d’un projet immobilier, l’achat d’un bien peut nécessiter des frais de notaire pour établir légalement la vente. Il est important de souligner que ces frais de notaire ont un coût conséquent selon le type et la valeur du bien. Si vous envisagez donc d’acheter un bien et de prévoir des travaux de rénovation, il est indispensable de prendre en compte ces frais.

Aménagements extérieurs :

Quand on a un projet en tête, on s’imagine souvent que notre budget pourra répondre à toutes nos attentes et notamment à la réalisation d’aménagements extérieurs. Pourtant ces aménagements ont un coût conséquent qu’il ne faut pas oublier dans le prix de son projet. En effet clôturer son terrain, aménager son allée ou faire une piscine peut rapidement faire évoluer le coût des travaux. Il faut donc estimer son projet en prenant en compte ces frais d’aménagement ou simplement effectuer ces travaux plus tard.

Aléas et imprévus :

Autre point à prendre en compte, il y aura toujours dans un projet des imprévus non maîtrisables qui peuvent faire rapidement grimper les coûts. En effet, ils existent nombre d’aléas qui peuvent compromettre un projet : une entreprise défaillante, des intempéries rallongeant les délais, un sol friable, des dégâts causés aux tiers ou encore un litige … C’est pourquoi pour ne pas être pris au dépourvu, il est important de prévoir un « matelas financier » d’au moins 2 % du montant des travaux afin de parer à toute éventualité.

 

En résumé :

Comme nous l’avons vu,  lorsque l’on souhaite réaliser un projet, certains frais ne nous viennent pas directement en tête. Le plus souvent nous ignorons ces détails et sommes surpris par le prix final. Pourtant tous ces détails font partie du prix global d’un projet et sont même indispensables pour sa viabilité. C’est pourquoi faire appel à un architecte reste la meilleure solution pour optimiser vos coûts et effectuer vos travaux en toute sérénité.

 

Je choisis mon architecte !